Shin Gi Tai : L’unité de l’esprit, de la technique et du corps – 1ère partie

Il existe de nombreuses écoles de Krav-Maga en France ou dans le monde, se ressemblant souvent sur la forme et pourtant parfois très différentes sur le fond.

Certaines ne voient que l’aspect self-défense, d’autres sont principalement centrées sur le combat (pieds, poings ou sol), d’autres plus sur l’art martial. L’école que Raymond Gros dirige (Team R.G) a toujours mis en avant la résultante de ces 3 domaines en une seule discipline.

Son enseignement est une synthèse de 43 ans de pratique quotidienne des arts martiaux. C’est aussi, plus de 35 ans d’enseignement (depuis l’âge de 17 ans) et de références à la source (stages annuels en Israël avec le plus haut gradé en Krav-Maga au monde Haim Gidon et tant d’autres experts sur tant d’années..).

Haim Gidon, C. Rosier, R. Gros en stage en Israël

 

Ainsi, au-delà du krav maga, l’école Team Raymond Gros exige, à partir du niveau intermédiaire (ceinture bleue) une notion primordiale et fondamentale : le Shin Gi Tai . Cette notion se traduit par l’unité de l’esprit (ou la pensée) avec la technique et le physique. Dans le domaine pédagogique plus occidental cela se rapprocherait du « savoir, savoir-faire et savoir-être ».

Il est inconcevable au sein des arts martiaux de ne parler que de la technique car seul le triptyque « Shin Gi Tai » peut réellement faire progresser à long terme. Ces 3 parties peuvent se travailler ensemble, mais parfois peuvent ou doivent aussi se compléter indépendamment. Les deux 1er éléments seront abordés dans cet article, le dernier  « Tai » ainsi que le lien entre les 3, dans une seconde partie.

Shin

Le Shin représente l’esprit, c’est la pensée qui nous anime, notre cœur, notre désir, notre motivation pour atteindre nos objectifs. Shin est notre intention donnant un sens à notre pratique et permettant de suivre un fil rouge. C’est cette énergie vitale qui nous donne la volonté de donner le meilleur de nous-mêmes tout en nous poussant à avancer dans le Krav-Maga, comme dans la vie.

Le Shin représente aussi notre attitude mentale : assiduité, persévérance, motivation, action, confiance en nous, passions.

Enfin, c’est notre fidélité à des valeurs humaines telles que respect, humilité, courage, bienveillance, transmission etc.

C’est en fait la vibration de notre énergie qui peut se définir de mille et une façons. Albert Einstein allait dans ce sens aussi : « Tout dans la vie n’est qu’énergie et vibrations. »

Einstein : « Tout dans la vie n’est qu’énergie et vibrations. »

 

Métaphoriquement, le Shin est comme la batterie d’un portable. Si la batterie est à plat, on ne peut envoyer le signal pour communiquer, même si l’on a un forfait illimité. Sans cette énergie tout peut sembler triste, fade, moins intéressant, difficile. L’enseignant est un chargeur, cependant la batterie est en vous et à vous de la brancher pour la charger.

Sans entraînement régulier, le professeur ne peut vous transmettre le Shin. Comme pour le téléphone, certain le recharge 1 fois / jour d’autre 1 fois / semaine, toutefois moins souvent semble difficilement efficient.

« Shin », c’est l’étincelle qui permet de faire le premier pas. Comme l’exprime Confucius : « Celui qui déplace une montagne commence par déplacer de petites pierres. » Où que soit l’objectif il faut effectuer un 1er pas pour l’atteindre un jour. Le Shin est donc l’union du désir, de la volonté et de l’action, l’un sans les autres n’aboutit pas.

Le « Shin » s’alimente comme un feu : si l’on ne rajoute pas régulièrement des buches sur la braise, le feu s’éteint. Le Shin se développe donc au fil des années d’une pratique régulière. Si son développement est infini, il doit être présent dès le niveau intermédiaire (ceinture bleue, si c’est avant c’est encore mieux) et indispensable à partir du niveau ceinture noire 1er Dan.

.

En Krav-Maga – comme dans tous arts martiaux – pour entretenir et développer votre Shin la pratique reste le meilleur vecteur. En effet le Shin s’exprime au travers du corps (Tai) par la technique (Gi).

 

Gi

« Gi » indique la technique, au delà des connaissances techniques, il s’agit surtout de la manière d’exécuter ces techniques, donc unification de la théorie avec la pratique. Le « Gi » devient simplement l’accomplissement de l’intention (Shin), une forme fluide comme l’eau. C’est ce qu’exprimait Bruce Lee dans sa célèbre phrase « sois fluide comme l’eau, sois l’eau mon ami ».

 

 

Néanmoins, il y a beaucoup plus de distance entre la connaissance et l’action (il y a là, un ravin) qu’entre l’incompréhension et la connaissance (il y a un fossé). Quelle que soit la technique que l’on apprend, notre esprit peut comprendre rapidement, cependant la mise en pratique est plus compliquée. Une fois que l’esprit a compris la théorie il va en faire un but, une intention (Shin) qui permettra l’exécution correcte de la technique. Pour aboutir à cette bonne technique, à son exécution « parfaite », il va falloir s’entraîner des heures et des heures, jusqu’au geste devenu identique à notre intention. « Gi » représente la maîtrise de la technique.

 

Si le « Shin » est une étincelle qui alimente notre propre batterie, le « Gi » représente la manière dont nous pilotons notre corps (Tai). La régularité et la persévérance de nos entraînements permettent à l’intention (Shin) de s’unifier avec la technique (Gi) effectuée.

Shin Gi Tai, forme un tout qui s’entretien avec persévérance sur le long terme, une dynamo écologique. Shin Gi Tai, est l’unité entre l’esprit, la technique et le corps. On parle d’unité car l’un ne peut pas exister sans les deux autres.

Le dernier élément, le « Tai » sera abordé dans un prochain article avec une synthèse sur ce triptyque martial dont des exemples pour votre propre progression.

Ecrit Par Raymond Gros